Deux Et Un

  • Avec l'irruption du Coronavirus, nos sociétés ont renoué avec les grandes peurs ancestrales : peur de la maladie, peur de la mort, peur de l'avenir. Nous avons à nouveau été confrontés à l'inconnu, à la perte de contrôle, à un sentiment d'impuissance. Si Hobbes pensait que la peur était un bon moteur pour la vie, Spinoza y voyait un moyen d'assouvissement et de servitude. Le XXIe siècle ne donne-t-il pas raison à Spinoza ? Ne sacrifions-nous pas de plus en plus la liberté au profit de notre protection ? La peur est-elle une arme politique ? Peut-elle nous faire accepter le pire ?

  • On se souvient du best-seller d'Alain Peyrefitte paru en 1973 Quand la Chine s'éveillera. L'auteur avait choisi comme sous-titre « le monde tremblera ».
    Était-ce prémonitoire ?
    À la fin des années 1990, les Occidentaux décidèrent de céder aux Chinois les secteurs primaire et secondaire, polluants et peu gratifiants. Ils pensaient que l'avenir n'était pas dans l'industrie mais dans le tertiaire. Trente ans plus tard, la Chine possède la technologie et les innovations (ex. la 5 G). Elle est devenue un partenaire incontournable. Elle le sait et considère que son temps est arrivé.
    La crise du coronavirus a prouvé l'efficacité chinoise dans la lutte contre le virus. Elle a également mis en avant la totale dépendance des Européens vis-àvis des médicaments et des équipements médiaux « made in China ».
    Il n'est plus question de « faire sans la Chine » mais de faire autrement avec la Chine. Comment ? Comment manoeuvrer avec un pays qui n'applique pas les règles de l'OMC, qui est passé maître dans l'achat d'entreprises stratégiques, dans le dumping, dans le vol de propriétés intellectuelles, dans le cyberespionnage ?
    Le XXIe siècle sera-t-il dominé par la Chine ?

  • Après un premier travail photographique sur l'enfance indochinoise de Marguerite Duras, FLORE continue à « inventer photographiquement » une Indochine où ses grands-parents ont vécu, en s'inspirant des lieux évoqués dans les textes de Marguerite Duras. « C'est ce mélange d'intuition et d'incompréhension, cet aller-retour fait de récits entre soi et l'autre, entre Marguerite Duras et moi, ce défi de photographier quelque chose qui n'a même pas forcément existé, mais dont on accepte le postulat, cette vie qui aurait été vécue, il y a presque 100 ans et qu'elle nous raconte, cette vie à laquelle elle donne vie par l'écriture, qui me passionne. »

    2 Autres éditions :

  • Quel peut être aujourd'hui l'engagement d'un·e psychanalyste ? On pourrait dire : de quel bois cela se chauffe-t-il ?... De sa position de sujet qui n'arrête pas de ne pas savoir, l'auteur de cet essai critique tente d'en dire quelques choses. Il y en a c'est certain, rien que le titre : « psychanalyste ». Faut-il être gonflé pour se prétendre tel ?!
    Ampoulé de savoir, lourd de son expérience, celui qui s'en revendique doit de surcroit montrer patte blanche en bonne société. Au sein d'instituts dits « de formation », l'intransmissible psychanalyse se donne à entendre, à écouter religieusement. Ces associations et leurs garants n'ont-ils que cela à vendre ? Heureusement pas, seulement les mythes ont la vie dure, dans ces écoles pleines de sagesse. Or notre avenir s'écrit également au présent. Nous disposons d'un formidable outil, et de quoi rager de nous voir dans l'impasse.
    Alors au lieu d'adhérer compulsivement à une filiation toxique, pourquoi ne pas revoir ce qui fait notre appellation conforme ? « Malédiction ! » diront les uns. L'auteur en préfère quelques autres.

  • Troisième titre de la « Collection Revue des Deux Mondes ».
    En 1844, le docteur Moreau de Tours créa le club des Hachichins : des scientifiques, hommes de lettres et artistes français se réunissaient une fois par mois dans un appartement de l'île Saint Louis pour tester des drogues.
    Théophile Gautier fut l'un des premiers écrivains à participer à ces séances.
    C'est ici qu'il rencontra Charles Baudelaire dont il devint un ami intime.
    L'auteur raconta son expérience dans un article qui parut à la Revue des Deux Mondes en février 1846. Il y décrivait l'atmosphère des lieux et les effets du haschich sur son organisme : sensations décuplées, dilatation du temps, apparition de figures grotesques.
    Alors que l'Assemblée nationale vient de voter l'expérimentation du cannabis à usage médical (25 octobre 2019), des hommes étaient déjà persuadés, au XIXe siècle, des vertus thérapeutiques de cette résine dans le traitement de maladies mentales. Le Club des Hachichins en témoigne.

  • Jusqu'en 1967 et la guerre des Six Jours, la majorité des Français éprouvait de l'empathie pour Israël, voire de l'admiration pour ce petit Etat qui avait, semblait-il, peu de chance de survivre. Puis il y eut les menaces proférées par Nasser et la réponse israélienne avec le bombardement des bases aériennes égyptiennes.
    L'attitude de la France oscilla alors au gré des événements, des déclarations de De Gaulle et des différents présidents qui suivirent (VGE, Mitterrand...) ainsi que des intellectuels. C'est toute cette histoire d'amour/désamour que la Revue des Deux Mondes raconte, en rappelant les faits, le positionnement des intellectuels français, en analysant les manifestations actuelles de haine à l'école, sur les réseaux sociaux, dans les médias.

  • La forêt amazonienne brûle. Des espèces arboricoles sont menacées d'extinction. Essentiels à la vie, les arbres suscitent un intérêt croissant ; le succès en librairie de La Vie secrète des arbres (Peter Wohlleben) vendue à plus d'un million d'exemplaires dans le monde le prouve.
    Symboliques de l'arbre (Bible + mythologie gréco-romaine), place des arbres dans la littérature et la poésie (Horace, Virgile, Ronsard, La Fontaine, Rousseau, Goethe, Novalis, Chateaubriand, Hugo, Proust, Yves Bonnefoy), représentation en peinture, découvertes scientifiques, déforestation, problème écologique, question de l'environnement : quelles relations l'homme entretient-il avec les arbres ?
    Avec Sébastien Lapaque, Jean Clair, Eryck de Rubercy...

  • L'espectre ottoman Nouv.

    Focus sur l'international : Guerre dans le Haut-Karabakh, interventions en Syrie et en Libye, manoeuvres dans la zone maritime de la Grèce, basilique Sainte Sophie et église du Saint-Sauveur-In-Chora converties en mosquée... Recep Tayyip Erdogan multiplie les gestes provocateurs et les actes expansionnistes. Nostalgique de la grandeur ottomane, le président turc aspire à fonder le califat rêvé par les Frères musulmans.
    Que fait la communauté internationale ? Focus sur le France : Les relations entre Paris et Ankara se sont particulièrement tendues ces derniers mois : Erdogan condamne avec virulence les propos d'Emmanuel Macron sur la laïcité et son projet de loi sur le séparatisme, l'accusant de mal traiter les musulmans. Quelles sont les influences d'Erdogan en France (Loups Gris, réseaux des mosquées, courant " Milli Görüs "...)? Quelles sont ses stratégies et ses leviers ? Avec Ahmet Atlan, Renaud Girard, Dorothée Schmid, Christian Makarian, Ariane Bozon...

  • Le principe est de mettre en valeur des articles « pépites » parus dans la Revue depuis sa création en 1829 et rédigés par de grands auteurs (Victor Hugo, Alexandre Dumas, Sainte-Beuve, George Sand, François Mauriac, Joseph Kessel, Agatha Christie...).
    Notre première intention était de sortir cette collection en octobre avec deux volumes, un sur Hugo, l'autre sur Balzac.
    Le texte de Hugo « La Guerre aux démolisseurs » (mars 1832) est un cri de colère contre le vandalisme et la destruction des édifices. Notre-Dame y est plusieurs fois citée. Il nous a semblé opportun d'avancer la parution pour entrer en résonnance avec les polémiques liées à la reconstruction de la cathédrale suite à l'incendie du 15 avril.
    Il s'agit d'un texte court, passionné, accusateur dans lequel l'écrivain interpelle le pouvoir et le place devant ses responsabilités.
    Hugo, une fois de plus visionnaire, comprend avant les autres la nécessité de protéger, de valoriser le patrimoine et de conserver l'esprit architectural des grands édifices nationaux.
    Le texte est précédé d'une petite introduction de Stéphane Guégan, historien, critique d'art et conservateur au musée d'Orsay, qui replace les propos dans le contexte de l'époque en évoquant aussi les engagements d'Hugo et des romantiques.

  • Question: Sommes-nous devenus un pays de seconde zone, incapable de réagir ?
    Un numéro se déroulera en deux temps.
    1) Regard sur la France elle-même. A quoi sont dues nos failles?
    Arrogance des élites Système centralisateur Bureaucratie Organisation de la santé La parole sera donnée aux défenseurs comme aux détracteurs du système.
    2) Comparaison avec d'autres pays européens, ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas chez eux L'Allemagne L'Italie: comment la mafia profite du coronavirus Avec : Michel Onfray, Bernard Debray, Philippe Douste-Blazy, Alain Minc, Tony Corn, Jacques de Saint Victor, Marin de Viry...

  • De la censure littéraire des siècles passés à la criminalisation du sexe au XXIe siècle avec les outrances du politiquement correct, où en sont la sexualité, l'érotisme, les relations homme/femme ?

  • DOSSIER «NOUVEAUX MONDES À CONSTRUIRE» (51 pages):
    Plutôt que de désespérer de la marche du monde, Gibraltar a voulu envisager d'autres mondes, d'autres vies, expériences ou sociétés en construction, explorer d'autres pistes fondées sur la justice, la fraternité, l'idée de partage.
    Nos reporters ont parcouru la Méditerranée, au plus près des gens, de leur quotidien, pour témoigner du réel, de ses chemins de traverse.
    Istanbul, Andalousie, Corse, Tunisie...
    Hors dossier:
    Récits en hautes eaux: articles sur Lampedusa, Venise, Pêche à Sète Le Caire: Vivants dans la Cité des Morts Le rap: la bande son des révolutions arabes Récit BD: Athées en Tunisie, la prison ou l'exil

  • - Dossier Lettres et images de la Terre sainte, avec les images noir et blanc de Félix Monfils , photographe de la fin du XIXe siècle, ainsi que des reportages en Palestine, au Liban dans le camp de Chatila et en Israël.

    - Aubagne : le cinéma enchanté de Marcel Pagnol de Jean de Florette, à Manon des Sources, Regain... des films inoubliables tournés sur les hauteurs d'Aubagne, la ville natale du cinéaste et écrivain, « Sous le Garlaban couronné de chèvres, au temps des derniers chevriers » (premières lignes de La Gloire de mon père).

    - Spinalonga, l'île des lépreux en Crète. Un témoignage bouleversant.

    - Ondes algériennes, une nouvelle inédite du romancier Benoit Séverac. dans le port de Marseille, dans la cohue du contingent débarquant d'Algérie en 1962, à la fin de la guerre, un homme observe la troupe descendant des navires, attend et rumine sa vengeance...

    - Égypte, dans les taxis du Caire avec le romancier Khaled Al Khamisssi, l'auteur de Taxi (Ed. Actes Sud).

    - Et bien d'autres récits surprenants qui racontent les mondes méditerranéens...

  • Balzac

    Sainte-Beuve

    Deuxième titre de la « Collection Revue des Deux Mondes » lancée en juin 2019.
    Le Petit Souper paraît en décembre 1830 dans la Revue des Deux Mondes.
    Balzac imagine un dîner entre dix personnages historiques dont Marat, Robespierre, Beaumarchais, le 2 août 1786. L'Incorruptible raconte à ses convives une rencontre onirique avec Catherine deMédicis.
    Dans ce conte fantastique, Balzac prend la défense de la reine accusée de tous les torts : derrière les massacres de la Saint Barthélémy, l'écrivain souligne les efforts de Catherine de Médicis pour défendre et maintenir l'unité d'un pays déchiré par les guerres de religion.
    Cette défense de la reine sera reprise dans un gros volume intitulé Sur Catherine de Médicis publié entre 1830 et 1842.
    L'auteur de la Comédie humaine met en scène les travers, les tensions et les démons d'une époque. Le lecteur sent l'angoisse des affrontements qui pourraient reprendre dans le pays, affrontements qui continuent de hanter la société française au XXIe siècle.

  • Gibraltar, Un Pont entre deux Mondes raconte les mondes méditerranéens à travers récits longs et histoires humaines.
    Thème central : Contre les murs, ces héros du quotidien.
    Les murs et autres clôtures sont légion sur le pourtour de la Méditerranée, de Chypre à Gaza, de Ceuta au Sahara occidental. Ces murs sont censés contenir l'immigration, le terrorisme, la contrebande ou sont érigés afin de conserver des territoires, se protéger. Il y a les obstacles physiques mais les murs sont également dans les esprits sous l'influence de fanatismes religieux, de rivalités politiques, de conflits. Pris dans le piège de situations qui les dépassent, les Méditerranéens ici évoqués, héros malgré eux, tentent de survivre, de rester debout en dépit des vents contraires, des diktats. Nos auteurs ramènent des quatre coins de la Méditerranée des histoires de héros quotidiens qui luttent, restent dignes malgré l'adversité.

  • Pilote d'hélicoptère dans l'armée française, footballeuse professionnelle, première femme à obtenir le titre de Meilleur Ouvrier de France en cuisine, dirigeante d´une startup innovante... Ces femmes ont fait des choix de vie allant à l'encontre des normes sociales et chacune à sa façon a osé aller au bout de ses rêves. Elles vous racontent leurs histoires. Découvrez des parcours de vie inspirants.

  • Quelle place occupe aujourd'hui Kundera dans le paysage littéraire ? Pourquoi reste-t-il un auteur moderne ? Que lui doit-on ?
    À l'heure où la liberté d'expression est de plus en plus fragilisée et où un esprit totalitaire soft gagne du terrain (pensée muselée, autocensure, soumission...), les écrits de Kundera apparaissent d'une étonnante actualité.
    Nous nous demanderons si Milan Kundera est un héritier des Lumières. Nous reviendrons aussi sur la dimension subversive de l'oeuvre, sur ses aspects critiques et ironiques de la société.
    Avec François Ricard, Alain Finkielkraut, Josyane Savigneau, Xavier Galmiche, Michel Delon, François Taillandier, Martine Boyer-Weinmann...

  • À mi-chemin entre livre et magazine, Gibraltar est une revue de récits littéraires et de reportages traitant de la Méditerranée et au-delà, ainsi que des rapports entre le sud de l'Europe, le nord de l'Afrique et le Proche-Orient sous le prisme des histoires humaines.

  • Comment l'accession d'Hitler au pouvoir en janvier 1933 a-t-elle été rendue possible ?
    Pourquoi les garde-fous démocratiques n'ont-ils pas fonctionné?
    Hitler a-t-il vraiment été porté par les électeurs ?
    A l'heure où des hommes improbables gagnent des élections dans les démocraties occidentales (Ukraine, Italie, Hongrie, USA), il est intéressant de se replonger dans les mécanismes d'accession au pouvoir d'Hitler pour comprendre si un tel schéma serait à nouveau concevable au XXIe siècle.

empty